Comment j'ai écrit certains de mes livres

Raymond Roussel

Comment j'ai écrit certains de mes livres2
Comment j'ai écrit certains de mes livres3
Comment j'ai écrit certains de mes livres4
Comment j'ai écrit certains de mes livres5
Comment j'ai écrit certains de mes livres6
Comment j'ai écrit certains de mes livres7
Comment j'ai écrit certains de mes livres9
Comment j'ai écrit certains de mes livres10
comment j'ai écris certains de mes livres11
Comment j'ai écrit certains de mes livres12
La mort suspecte de Raymond Roussel à Palerme le 14 juillet 1933, doublée de la révélation de son procédé d’écriture à travers la publication posthume de son texte *Comment j’ai écrit certains de mes livres*, fait de l’oeuvre entière de Roussel un mystère. Roussel explique dans son texte-testament les mécanismes qui régissent l’écriture de ses oeuvres, ses «procédés». Le texte est crypté, propice à l’interprétation. Notre projet met en relation ce texte-clef de Roussel avec les actes relatifs à sa mort, d’après l’enquête de la police sicilienne. Le spectateur est invité a une situation fictive : le simulacre de la veillée funèbre de Roussel, orchestré par sa dame de compagnie –et femme paravent-, Charlotte Dufrène, alias Carlotta. L’espace tient à la fois du dernier salon où l’on cause et du cabinet de curiosité ; metteur en scène de son propre hommage, le mort parle et nous fait entrer dans l'antichambre de son écriture.

« Je me suis toujours proposé d’expliquer de quelle façon j’avais écrit certains de mes livres. Il s’agit d’un procédé très spécial.»

Distribution

Un projet de Laurent Charpentier et Mirabelle Rousseau / Avec Laurent Charpentier, Nicolas Ducloux (piano) et Mirabelle Rousseau / Scénographie Jean Baptiste Bellon / Régie générale Camille Jamin / Lumières Manon Lauriol / Costumes Marine Provent

Représentations

Théâtre des Italiens, Avignon, juillet 2016 ; Théâtre Berthelot Montreuil, décembre 2015 ; La Générale, Paris, mai 2014

Production

Production : Le T.O.C., Compagnie conventionnée par la DRAC IDF et la Région IDF au titre de la Permanence artistique et culturelle. Avec le soutien de La Générale, Paris.