ER23

William Burroughs

Willam Burroughs
Willam Burroughs
Willam Burroughs
Willam Burroughs
Willam Burroughs
Dans ce texte-manifeste, véritable manuel de guerilla urbaine, Burroughs propose d’utiliser ses techniques d’écriture pour déconstruire la langue et faire disjoncter la réalité. Les armes sont le brouillage, le détournement, la fuite de l’identité. Les outils sont les hommes, les machines et les mots. Ce texte, paranoïaque et anticipatoire, nous rattrape aujourd’hui : en quoi sommes-nous captifs d’un univers de papier, soumis aux signifiants et à tous les slogans qui tissent autour de nous des discours pré-contraints ? Comment le verbe être nous assigne t-il à un impératif de condition permanente? Que signifient pour nous « effacer le mot », « sortir du temps », « entrer dans l’espace » : les formules-slogans de Burroughs ? Le spectacle est à l’image de l’impasse dans laquelle se trouve Burroughs dans ces années 70, et dont son ‘système’ va devenir l’expression : « si rien n’est vrai, tout est permis », et il est dès lors possible « d’envahir le studio réalité ».

« SORTEZ POUR TOUJOURS. SORTEZ DU TEMPS-VERBE-LE TOUJOURS. SORTEZ DU CORPS VERBE-TOI-TOUJOURS, SORTEZ DU VERBE MERDE LE TOUJOURS.»

Distribution

Avec Matthias Girbig, Estelle Lesage, Emilie Paillard, Etienne Parc, Vincent Mourlon (Mahamedou Traoré) / Adaptation le T.O.C. / Mise en scène Mirabelle Rousseau / Dramaturgie Muriel Malguy / Lumières Laïs Foulc / Régie générale Esther Silber / Son Stéphane Gombert / Régie son Frédéric Reinhardt

Représentations

Théâtre B.M.Koltès, Université de ParisX Nanterre (2003), Collectif 12 , Mantes la jolie (octobre 2004), Sputnik 347, Montreuil (novembre 2004), Théâtre de Gennevilliers, carte blanche (septembre 2005), Mains d'Oeuvres (octobre 2006)

Production

Le T.O.C., avec le soutien du Collectif 12 (Mantes la jolie), du Théâtre de Gennevilliers